Mise à jour le 14/10/02
        

Les péruviens en quête de découvertes et de profits en ufologie


Traduction de l'article de M. Lucien O. Chauvin
du Miami herald
du 28 septembre 2002.


LIMA - Parmi tous les officiers de toutes les armées du monde, aucun n'a peut-être un travail aussi particulier que le commandant de l'armée de l'air péruvienne Julio Chamorro : enquêter sur les OVNI ( et peut-être prouver leur existence ).

En tant que chef du Bureau d'Enquête sur les Phénomènes Aériens, Chamorro dirige une équipe de sept personnes chargées d'étudier ce qu'il appelle "des anomalies qui pourraient représenter un danger pour l'aviation".

Apparemment, le bureau enquête sur des avions qui dévient de leur route et sur des deltaplanes qui volent trop près des bases militaires, mais ce n'est pas là l'essentiel de son travail. Sur les centaines d'appels reçus chaque mois par le bureau, Chamorro déclare qu'au moins la moitié d'entre eux portent sur des observations d'OVNI.

Et Chamorro pense que beaucoup sont crédibles.

"Il y a de nombreux mystères que nous pensons être de la plus haute importance et qui méritent toute notre attention" a déclaré Chamorro."Si nous pouvons parvenir à des conclusions définitives, notre travail sera extrêmement bénéfique pour le Pérou et pour toute l'humanité. Pensez simplement aux avancées technologiques si nous pouvons prouver définitivement l'existence de vaisseaux spatiaux."

 

De nombreux rapports

Chamorro estime que 60 % de la population péruvienne a vu un phénomène inexplicable dans le ciel. La plupart des appels qu'il reçoit peuvent être expliqués, mais chaque mois, une douzaine d'observations crédibles n'ont pas d'explication évidente.

Par exemple, il y a la vidéo prise à Chulucanas, Piura, à la fin de l'année 2001. Chamorro dit qu'on y voit un vaisseau gigantesque se tenant dans le ciel pendant près de 2 heures. "Ce vaisseau ne faisait aucun bruit et ne bougeait pas. On pouvait voir sa structure et même des hublots", a déclaré Chamorro.

Chulucanas a une histoire chargée d'observations d'OVNI, a t-il ajouté.

Le service de Chamorro a officiellement été créé il y a deux ans, mais l'intérêt du gouvernement péruvien pour les OVNI remonte à plusieurs décennies, et des preuves archéologiques montrent que d'anciennes cultures étaient passionnées par les phénomènes surnaturels.

Les dessins géométriques du désert de Nazca, au sud de Lima, longs de plusieurs kilomètres, ou un dieu ailé dans le nord sont des preuves pour Chamorro que les cultures anciennes non seulement maîtrisaient les sciences et les mathématiques, mais qu'elles pressentaient également que l'espace contient autre chose que le soleil et la lune.

A Chilca, à 60 kilomètres au sud de Lima sur la côte Pacifique, le maire, Numa Rueda, espère tirer parti de la renommée de la ville comme l'un des meilleurs endroits pour les observations d'OVNI.

"Ces observations peuvent rapporter beaucoup", déclare Rueda. "Nous pouvons devenir le prochain Roswell".

Se tourner vers le ciel pourrait être pour Chilca le meilleur pari pour faire face aux problèmes de récession économique et de pauvreté. Le budget annuel de la ville est de 100 000 $, et Rueda déclare que la plupart des 18 000 habitants vivent dans la pauvreté et dépendent de la saison estivale pour joindre les deux bouts.

Un lien avec Roswell

Le maire de Chilca aimerait que Bill Owen, son alter ego à Roswell -- la ville du musée international des OVNI, l'attraction touristique la plus visitée du Nouveau-Mexique -- vienne au Pérou pour établir un jumelage.

"Roswell a un musée, et il y a même une émission de télévision, "déclare Rueda avec nostalgie. "Si nous nous associions, nous pourrions développer un circuit touristique des OVNI."

Comme beaucoup de personnes à Chilca, Rueda déclare avoir vu des Objets Non Identifiés au dessus de sa ville.

Rueda raconte qu'un soir de février 1998, alors qu'il était en train de discuter avec son frère à l'extérieur de leur maison, un grand objet en forme de boomerang apparut au-dessus d'une corniche qui s'avance dans l'océan juste de l'autre côté de Chilca.

Il dit que l'OVNI se déplaçait lentement et sans bruit. Six objets plus petits de forme similaire se tenaient à proximité.

"Le vaisseau mère et les six autres astronefs sont restés en vol stationnaire pendant quelques minutes puis se sont dirigés vers la mer.", dit Rueda. "J'avais toujours entendu parler d'OVNI, mais c'était ma première observation. Pour moi, cela a été la preuve indéniable qu'il y a de la vie ailleurs que sur notre planète"

Chilca possède également un petit élément de l'histoire des anciens OVNI. Dans la pièce-musée de la ville, Rueda garde un minuscule drapé de textile Inca enveloppé dans du papier Kraft pour le protéger. On peut y voir un personnage non-humain de forme bizarre avec des antennes.

Rueda pense que ce personnage ressemble à l'extraterrestre prétendument trouvé à Roswell en 1947 qui constitue la majeure attraction OVNI et qui a rendu la ville si célèbre.

"Ceci prouve que nous ne sommes pas les premiers à voir des OVNI ici. Les anciens péruviens qui ont habité à Chilca ont également fait des observations et sont peut-être même entrés en contact", dit-il.

Chamorro déclare que les observations font partie de la culture péruvienne, et le gouvernement lui-même s'est impliqué de temps à autre.

Etude scientifique

En 1955, Carlos Paz a fondé l'Institut péruvien des relations inter-planétaires pour étudier les OVNI. Paz est une figure mythique dans la communauté ufologique internationale et a quasiment assumé le rôle de diplomate du Pérou pour les civilisations extra-solaires. Bien qu'il soit décédé en 1999, sa fille, Rose-Marie, a pris le relais.

"Nous ne sommes pas comme les groupes philosophiques. Nous sommes scientifiques. Nous exigeons de véritables preuves des observations d'OVNI", dit-elle.

Jusqu'à présent, les visiteurs n'ont pas eu la courtoisie de laisser suffisament de véritables preuves scientifiques derrière eux. Mais cela n'a pas d'importance pour ceux qui croient.

"La grande différence entre le Pérou et les Etats-Unis, c'est qu'aux USA, les gens ont peur s'ils voient un OVNI. Ils veulent entrer dans une secte ou bien se suicider", dit Chamorro.

Au Pérou, dit-il, si quelqu'un voit un OVNI, il prend du recul et va boire une bière. Même mieux, dit Chamorro, il espère que l'appareil va se poser et lui payer une bière.


Sources : Miami Herald, 28/10/02.





Retour à la page sur les News et les Mises à jour.
  la recherche en ufologie



Sommaire     Les Hérétiques      Archéologie     Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    




Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2008 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee@wanadoo.fr