Mise à jour le 16/06/03
              

Icy claim that
water has memory



Traduction de l'article de Monsieur Lionel Milgrom dans le New Scientist,
du mardi 11 juin 2003.



Affirmation glaciale, l'eau a de la mémoire

Aucune déclaration n'est plus controversée que celle défendant l'idée d'une eau pouvant garder la mémoire des substances préalablement dissoutes. Cette notion est au coeur de l'homéopathie, qui traite les patients avec des échantillons tellement dilués qu'il est peu probable qu'ils contiennent encore une seule molécule du composant actif. Mais cette assertion est couramment ridiculisée par les scientifiques.

Tout le monde sait que soutenir un tel point de vue hérétique a coûté à Jacques Benveniste, l'un des chercheur français en allergie parmi les plus connus, ses financements, ses laboratoires et sa réputation après le discrédit jeté sur ses découvertes en 1988.

Cependant un article est sur le point d'être publié dans un journal à la réputation sérieuse, Physica A. Cet article affirme que la structure du lien hydrogène dans l'eau pure est très différente de celle d'une dilution homéopathique de solution salée alors qu'elles devraient être identiques. L'heure serait-elle venue de prendre la "mémoire" de l'eau au sérieux ?

L'auteur de l'article, un chimiste suisse, Louis Rey, a utilisé la thermoluminescence pour étudier la structure des solides. La technique consiste à irradier un échantillon refroidi. Quand l'échantillon est réchauffé, l'énergie emmagasinée est libérée sous forme de lumière selon un modèle reflétant la structure atomique de l'échantillon.

 

Les pics jumeaux

Quand Rey à utilisé cette méthode sur la glace il vit deux pics de lumière à des températures avoisinant les 120 K et 170 K. Rey voulait tester l'idée suggérée par d'autres chercheurs, que le pic de 170 K reflétait le modèle des liens hydrogène à l'intérieur de la glace. Dans son expérience il a utilisé de l'eau lourde ( qui contient l'isotope d'hydrogène lourd, le deutérium ), parce qu'elle a des liens hydrogène plus résistants que l'eau normale.

Après avoir étudié des échantillons purs, Rey regarda les solutions de chlorure de lithium et de chlorure de sodium. Le Chlorure de lithium détruit les liens hydrogène, tout comme le chlorure de sodium, mais dans une moindre mesure. Le pic était effectivement plus petit pour une solution de chlorure de sodium, et avait disparu complètement pour une solution de chlorure de lithium

Connaissant les affirmations des homéopathes selon lesquelles le lien hydrogène peut survivre aux dilutions successives, Rey décida de tester des échantillons dilués théoriquement jusqu'à 10-30 g/cm3 -  bien au-delà du point où n'importe quel ion de la substance originale puisse subsister. "Nous pensions qu'il pourrait être intéressant de mettre cette théorie à l'épreuve", dit-il.

Chaque dilution fut effectuée selon un protocole très strict, vigoureusement agitée à chaque étape, comme font les homéopathes. Quand Rey compara les solutions ultra-diluées de chlorure de sodium et de lithium avec l'eau pure ayant subi le même processus. La différence entre les pics de thermoluminescence comparée avec l'eau pure était toujours présente ( voir graphique ).

"A notre grande surprise, les éclats de thermoluminescence des trois systèmes étaient substantiellement différents", dit-il. Il pense que ce résultat prouve que le réseau des liens hydrogène dans les échantillons étaient différents.

 

Phase de transition

Martin Chaplin de l'université de Londres South Bank, un expert de l'eau et des liens hydrogène, n'est pas si sûr. "La logique de Rey pour la mémoire de l'eau semble très improbable", dit-il. "La plupart de liens hydrogène dans l'eau liquide se réarrangent quand elle gèle".

Il met l'accent sur le fait que les deux pics de thermoluminescence observés par Rey se produisent autour des températures où l'eau est connue pour subir des transitions entre différentes phases. Il suggère que des quantités minuscules d'impuretés dans les échantillons, peut-être dues à un mélange inefficace, auraient pu se concentrer à la frontière entre différentes phases dans la glace et causer les changements de thermoluminescence.

Mais Raphaël Visocekas, expert en thermoluminescence à l'université Denis Diderot de Paris, qui a observé Rey alors qu'il effectuait certaines expériences et dit qu'il est convaincu. "Les expériences montrent une belle reproductivité", a-t-il déclaré au New Scientist. "C'est de la physique fiable". Il ne voit pas pourquoi les modèles des liens hydrogène dans les échantillons liquides ne survivraient pas au gel et affecteraient l'arrangement moléculaire de la glace.

En fonction de sa propre expérience, Benveniste prône la prudence. "C'est un travail intéressant, mais les expériences de Rey n'étaient pas en aveugle et bien qu'il dise que ses travaux sont reproductibles, il ne dit pas combien d'expériences il a fait", dit-il. "J'ai appris à mes dépens que sur un terrain aussi controversé, il est obligatoire d'être aussi inattaquable que possible".

© Copyright Reed Business Information LTD.


Source : http://www.newscientist.com/news/news.jsp?id=ns99993817




"Thanks for the memory"

Traduction de l'article de Monsieur Lionel Milgrom du Guardian,
du jeudi 15 mars 2001.




Bizarre chemical discovery
gives homepathic hint

Traduction de l'article de Monsieur Andy Coghlan dans le New Scientist,
du 7 novembre 2001.




Une petite visite sur le site de DIGIBIO ?



Retour sur la page de la Biologie Numérique.



Retour à la page sur les News et les Mises à jour.
 



Sommaire     Les Hérétiques      Archéologie     Paléontologie     Sciences de la Vie      Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    



Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2010 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee wanadoo.fr