Mise à jour le 01/07/03
        

Quelques bizarreries...


Les plus vielles bactéries connues


Les plus vielles bactéries fossiles connues.


La vie étonne par sa diversité.

Le mystère demeure quant à son origine et ses mécanismes.

Sa définition même donne lieu à d'âpres débats toujours ouverts...

voir La Vie.


Parmi les certitudes que nous avons sur la vie, il en est une qui tient à sa durée, qui est forcément limitée dans le temps. ( 1 )

Cette durée varie selon les espèces de quelques heures à plusieurs siècles.

  • Parmi les mammifères, la longévité moyenne la plus grande est celle de l'Homme qui peut atteindre 120 ans.

  • L'animal ayant la plus grande longévité est la Tortue géante, dont l'âge maximal peut atteindre 200 ans.

  • Dans le monde végétal, les Séquoias peuvent vivre pendant plus de 3 000 ans.

  • Certains pins américains, dont le Pineus longaeva, pourraient même atteindre l'âge respectable de 4 000 ans.

  • La palme revient désormais à un Lomatia tasmania, ou Lomatia des rois, découvert dans le désert tasmanien a germé il y a quelques 43.000 ans, il vit encore et se reproduit par auto-clonage !


Les bactéries

Ces âges sont "raisonnables et rationnels". Aussi lorsqu'en 1972 le Pr Chudinov publie sa découverte, celle-ci est totalement ignorée ; elle n'intéresse que les revues dites "irrationnelles" et n'apparaît que dans les ouvrages traitant des "phénomènes inexpliqués".

Dans son laboratoire du cartel de potassium de Berezniki dans les montagnes de l'Oural, le Pr Chudinov dissout un morceau de minerai de potassium dans de l'eau distillée pour comprendre et expliquer sa coloration rouge.

Après un certain temps, il remarque des petits flocons de matière qui se détachent du minerai et flottent.

Sous le microscope, il voit que ces flocons contiennent de nombreux micro-organismes.

Plusieurs jours plus tard, il observe de nouveau son bocal qui grouille d'organismes vivants apparemment réanimés par leur immersion.

Il place certains d'entre eux dans des éprouvettes et a la stupéfaction de les voir croître et se reproduire.

Ces bactéries étaient donc apparemment intactes après avoir séjourné durant 250 millions d'années dans des cristaux de potassium.2 )


Le tort du Pr Chudinov était d'être du mauvais côté du mur, car il semble bien que pour la plupart des occidentaux, les découvertes étonnantes de l'est ne sont que des tentatives de désinformation issues du KGB pour leurrer et déstabiliser le monde capitaliste...


Presque 30 ans plus tard on nous annonce avec fracas que des chercheurs américains ont trouvé des bactéries emprisonnées dans de très vieux cristaux de sel, qui une fois mises en culture, se sont multipliées prouvant qu'elles étaient toujours vivantes après 250 millions d'années !

En dépit de la découverte du Pr Chudinov, ce sont les américains de l'Université de West Chester ( Pennsylvanie ), Russel H. Vreeland et son équipe qui sont crédités du fait d'avoir fait "exploser" le précédent record détenu par une souche vieille de 25 à 30 millions d'années de Bacillus Sphaericus retrouvée dans une abeille emprisonnée dans de l'ambre.


L'étude du Pr Vreeland, du 19 octobre 2000, publiée dans la revue Nature, repose sur l'examen de 53 cristaux de sel extraits d'un gisement au Nouveau Mexique à une profondeur de 569 mètres datant de 250 millions d'années.

Les chercheurs ont pris moult précautions pour avoir l'assurance d'une non-contamination moderne et 3 des bactéries récupérées se sont multipliées.

La nouvelle bactérie a été nommée Bacillus 2-9-3 ou permians et son analyse montre qu'elle est très proche de la bactérie moderne que l'on trouve dans les eaux très salées de la Mer Morte, la Bacillus marismortui . ( 3 )

Bacillus 2-9-3 dans un cristal de sel

Cet échantillon qui contient la bacillus 2-9-3 ou Bacillus permians ( voir au dessous ) dans l'inclusion (3x3x1mm) située sous le (i), mesure 3,5x3,5x2,5 cm. Sous la flèche se trouve le perçage ayant servi au prélèvement.

La plus vieille bactérie, la Bacillus Permians


Les implications d'une telle découverte sont évidemment importantes :

  • car si la survie est rare elle est quand même possible.

  • Le taux de mutation de cette bactérie est très inférieur à la moyenne.

  • Il reste encore à découvrir le mécanisme ayant permis une telle survie.

  • Les micro-organismes peuvent donc avoir une durée de vie leur permettant de longs voyages interstellaires ce qui ouvre de nombreuses perpectives sur l'origine de la vie et l'existence de la vie extraterrestre.


Ainsi une découverte sensationnelle, rejetée au départ, se trouve confirmée.
A l'époque où l'on extrayait encore le charbon à la main, d'autres découvertes extraordinaires ont été faites qui font sourire certains.
Mais peut-être y a-t-il de nombreuses choses à découvrir en ce qui concerne la survie des animaux à sang froid...

Les animaux à sang froid


Retour à la page sur les Sciences de la Vie

Les Sciences de la Vie


La Biologie Numérique      L'Homéopathie      Les Médecines Parallèles      Les Champs Morphogénétiques      L'Aura      Les N.D.E.      Les O.G.M.          


Sommaire     Les "news"     Les Hérétiques      Archéologie     Paléontologie     Phénomènes Parapsychologiques      OVNI     Sciences de la Terre      Astronomie     Sciences Physiques     Mathématiques     Mythes et Légendes      Cryptozoologie     Sindonologie    


Notes :

 

La seule certitude que nous pouvons avoir, c'est qu'un jour nous allons mourir !

retour

 

Soviet Union, février 1972, p.18.

retour

 

Nature, 19 octobre 2 000, p. 897-900.

Pour ceux qui n'ont pas accès à cette revue, voici des liens internet traitant le sujet :

cybersciences
Science et Avenir
ou Science et Avenir

retour



Copyright Les Découvertes Impossibles © 2000-2010 All rights reserved Marc ANGEE,
http://www.ldi5.com      email : marcogee wanadoo.fr